04/01/2006

La LUZERNE, ça se mange ?

MEDICAGO SATIVA – ALFALFA - LUZERNE

 

Bébé grandit, son appétit aussi. Le biberon c’est bien mais insuffisant et dès le cinquième ou sixième mois, il va falloir du vitalisant pour garder et sculpter sa forme.

Les légumes peuvent être présentés crus sous forme de jus, si bébé ne supporte pas le légume cru, on peut le cuire à basse température et à eau réduite au minimum, afin de lui garder le maximum de goût et de sels minéraux ; c’est alors les fruits ou leurs jus crus qui seront l’apport vitaminique détruit ou dissociés par la chaleur. Les graines germées passées à la moulinette sont un apport précieux à la santé et peut constituer un met complet. Une très grande variété existe dans les graines à germer et de ce fait, variété des goûts et des saveurs. Les saveurs sont également fonction de la longueur de temps de germination.

Du point de vue de l’herboriste, c’est ici que cela devient intéressant, car les vertus des graines et donc de leurs germes présentent un intérêt certain.

Une graine intéressante à plus d’un point de vue est l’ALFALFA, plus communément connu sous le nom de LUZERNE.

-         L’intérêt premier est qu’elle est vendue dans tous les magasins de bio.

-         Vendue à un prix très abordable.

-         Sa germination est simple et rapide.

-         Elle germe partout en toute saison.

-         Ses qualités nutritionnelles sont puissantes.

-         Alfalfa est une plante drainante et diurétique.

-         Riche en vitamines et en minéraux.

En latin MEDICAGO SATIVA de la famille des FABACEAE , cette herbe dont la hauteur varie de 30 à 80cm est à inflorescence en grappe longue de 20 à 40 mm de fleurs longues (7 à 11mm) à corolle bleu violacé, un pédicelle généralement plus court que le tube du calice et dont les gousses sont contournées en hélice à 1,5 –3,5 tours.

Son habitat naturel sont les prairies, mais elle est de plus en plus utilisée dans la rotation des cultures pour enrichir les sols en azote dans les champs d’agriculture biologique.

Médicago aurait pour étymologie herba media ou herbe de Médie car cette semence proviendrait originellement de Médie, région entre la mer Caspienne et  la Perse. Elle aurait transitée vers nos contrées au VIéme siècle AVNE avec les nomades Scythes.

Son autre appellation ALFALFA proviendrait des Arabes. Chez eux, la plante porterait le nom "al-fac-facah", ce qui signifie "père de toutes les nourritures". Ils en nourrissaient leurs chevaux pour les rendre plus forts.

Quand à l’appellation luzerne, elle provient de l’ancien français luiserne  ou du latin lucerna signifiant flamme ou lumière. Nos aïeux  connaissaient-ils déjà le pouvoir que cette plante comportait un élément de synthèse de l’azote de l’air par la lumière ?

Elle est appelée, suivant les régions, Herbe à vaches, Lucerne sainfoin, Chilean clover (trèfle du Chili), Buffalo grass (herbe à buffles).

La semence a la forme d’un rein ce qui lui a valu sa réputation pour les voies urinaires.

Cette herbe, bien qu’ignorée de la plupart des littératures phyto-thérapeutiques  et herboristiques est très connue des éleveurs et cultivée partout dans le monde.

Les statistiques dont je dispose datent d’une décennie et sont certainement largement en dessous des valeurs actuelles.

 

Germination d’une graine de luzerne

 

En France, en 1993, la culture de luzerne est de 566.000 Ha et représente 1,9 % de la surface agraire. De par le monde 32.250.000 Ha sont des champs de luzerne. La luzerne est un fourrage animalier de première qualité et depuis l’interdiction de nourrir les bêtes de farines animales, les éleveurs ont de plus en plus recours à cette légumineuse.

Vu l’intérêt croissant pour cette herbe, des laboratoires ont mis en œuvre des recherches en vue d’accroître les rendements !!

Les chercheurs sont allés de découvertes en découvertes dans les composés et la structure tant mécanique qu’énergétique de medicago sativa. La découverte la plus importante est sans conteste la RUBISCO (appelée aussi RUDP carboxylase).

La Rubisco est une enzyme contenue dans les chloroplastes des cellules végétales, plus précisément sur la surface stromale des membranes des thylacoïdes. Une enzyme qui a une importance considérable pour la vie sur terre, puisqu’elle permet la fixation du gaz carbonique durant la photosynthèse.  Grâce à cette enzyme, les plantes peuvent transformer en sucre le carbone inorganique puisé dans l’environnement.  On comprend toute l’importance de ce processus, non seulement pour les végétaux, mais pour toute la chaîne alimentaire.

« A-t-on jamais vu un paysan nourrir son champ de luzerne d'engrais azotés? Non, et pour cause. Comme d'autres légumineuses, la luzerne a passé un contrat à vie avec une bactérie, la « Sinorhizobium meliloti ». Le deal? La plante, grâce à la chlorophylle et à l'énergie solaire, fournit les sucres à base de carbone. La bactérie, elle, renvoie l'ascenseur sous forme d'ammonium, fabriqué à partir de l'azote de l'air, inépuisable puisqu'il en constitue l'essentiel. Un rêve écologique. Qui permet de recharger un champ entre deux cultures de céréales. Ou de faire pousser au plus vite des acacias (l'acacia est une légumineuse...) dans les terroirs arides du Sahel. Plusieurs millions d'années de co-évolution, entre plantes et bactéries, ont enfanté cette symbiose magique. Ne pourrait-on l'imiter? » (Extrait de l’interview par Sylvestre Huet de Francis Galibert chercheur au CNRS de Rennes pour la revue Science et Nature de juillet 2001).

 

un trèfle pas comme les autres

 

Si la production de luzerne pour l’alimentation du bétail était directement utilisée pour l’alimentation humaine, la faim dans le monde aurait disparue ; mais aussi avec elle, pas mal de maladies.

 

Tiges, feuilles et fleurs

 

Là nous sommes parti en pleine chimie. Des labos sont déjà occupé à transformer les molécules de la plante et les premiers plants trans-géniques ont vu le jour.

Voici un extrait d’un article publié sur Internet par le site cyberscience.com :

03/05/2002 - « La luzerne est l'espèce qui se prête le mieux à la fabrication de protéines thérapeutiques à usage humain», a affirmé Loïc Faye, directeur de recherche au Centre national pour la recherche scientifique (CNRS), à Rouen, en France. Lui et ses collègues ont constaté que les molécules sécrétées par la luzerne transgénique sont en effet conformes à celles présentes dans l'organsime humain. La compagnie québécoise de biotechnologie Medicago, qui est le partenaire du CNRS de Rouen, utilise la luzerne transgénique comme usine à médicaments. Ses chercheurs ont modifié génétiquement des plants de luzerne et y ont inséré des gènes humains qui commandent la fabrication de molécules à visées thérapeutiques. Quand la plante croît, les protéines s'accumulent dans les feuilles. Toutes les cinq semaines, les scientifiques les récoltent et les broient pour en faire des médicaments. Le principal obstacle à l'utilisation des végétaux, pour fabriquer des molécules bien acceptées par le corps humain, vient de la différence entre la glycosylation d'un mammifère et celle d'une plante transgénique. La glycosylation est un processus avec lequel les organismes vivants ajoutent des sucres, appelés glycanes, à la structure de leurs protéines. Cela leur permet de distinguer les molécules étrangères de leurs propres protéines.

L’importance de cette petite plante, est tellement grande, qu’elle a fait, ces trois dernières années, l’objet d’examens par 56 chercheurs d’Europe, Etats-unis et Canada pour un budget connu de 7.500.000 €.

Des fabriques alimentaires utilisent déjà la luzerne, par extraction de la rubisco, pour la fabrication de biscuits protéinés.

Des fabriques de compléments alimentaires exploitent également la rubisco sous forme de pilules à prendre 1 à 3 fois par jour. Présenté en flacon de 100 comprimés, contenant 650 mgr de luzerne, dolomite et acacia, ce flacon est commercialisé au Canada au prix de ~ 6$. Le lecteur internaute trouvera sur le site  http://www.maisonradical.ca/Bio_Vita/luzerne.htm la publicité de ce produit.

Les graines germées sont de loin préférables à ces compléments alimentaires, car elles comportent beaucoup plus d’éléments vitaminiques et minéraux intactes. Pour préparer une grosse assiette de germes d’alfalfa, il faut faire germer de 10 à 15 gr de graines. Ces graines sont vendues dans tous les magasins de diététiques. Sous forme dites bio, ces graines sont vendues en emballage de 100 gr au prix 2,35 €.

 

 

Mais quel est l’intérêt pour nous consommateur ?

 

Moyennant un matériel peu coûteux et peu encombrant, appelé germoir, nous pouvons faire notre culture journalière de germes de luzerne dans notre cuisine.

La Luzerne est utilisée comme nutriment car elle est riche :

-         en protéines,

-         en minéraux (bore, potassium, magnésium, calcium ,sodium, phosphore, fer, etc.)

-         en vitamines, surtout A et K, mais aussi B,C,D et E.

-         en isoflavones et coumestrol actifs au niveau des glandes génitales (oestrogène et testostérone)

-         en enzymes actifs qui facilitent la digestion.

On recommande la luzerne pour traiter l'anémie. Elle est un excellent dopant naturel, tant pour les sportifs que pour les intellectuels et notamment les jeunes en en période de « bloque ».

On l'utilise dans des domaines très variés comme le traitement d'allergies (fièvre des foins), pour traiter les désordres gastriques et le rhumatisme.

 

Plateaux germoir avec luzerne.

 

Du fait de sa forte teneur en minéraux alcalinisants, la luzerne germée neutralise la tendance à l’acidification de l’organisme. De ce fait, elle prévient, principalement chez les dilatés (sanguins), la transpiration excessive et la désodorise, modifie l'acide urique et lactique pour éviter l'irritation des nerfs (goutteux).

Dans le même ordre d’idée, l’ingestion de luzerne va diminuer les « vapeurs » de la femme ménopausée.

L’intérêt de la luzerne chez le rétracté (nerveux) est son action diurétique très efficace pour éliminer la rétention d'eau et la congestion du foie (alcalinisant), elle lubrifie les articulations (rhumatisants et arthritiques).

Améliore l’état dans l’athérosclérose.

Des recherches au «Wister Institute of Anatomy and Biology » ont montré que la luzerne pouvait réduire un taux de cholestérol trop élevé, c'est à ses fibres qu'on attribue tout le mérite.

La présence de phosphore et de calcium en font un complément naturel idéal pour la fortification des os des petits comme des grands.

En application externe, la luzerne est utilisée pour traiter les plaies et les ulcères.

L’utilisation de la luzerne comme base de nourriture est incontestable, mais nettement insuffisante pour notre nutrition.

Si, à la limite, un moine rétracté pourrait se contenter de brouter son plat de luzerne matin, midi et soir, j’envisage mal un dilaté aimant bonne chaire se contenter d’un aussi frugal mais complet repas. Nous avons, depuis notre enfance, été habitué à des repas à multiples composants et de ce fait modifier de tels comportements deviennent quasi impossible, voire dangereux.

La luzerne est un excellent élément de base d’une détoxication naturopathique. Son action tonifiante et drainante en font le fleuron de ce type de cure.

 

 Micha



















18:05 Écrit par micha | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

ou es ce que je pourré me fournir de la graine de luzerne.merci

Écrit par : panasci bernard | 28/12/2007

Répondre à ce commentaire

bonjour bernard,
on trouve les graines de luzernes, dans tous les magasins qui vendent des produits bio.
les graines se trouvent avec les graines à germer.
certaines grandes surfaces en vendent également.
micha

Écrit par : micha | 01/01/2008

Répondre à ce commentaire

germoir improvisé Je ne pourrais plus me passer de graines germées.
VQ

Écrit par : laïza au quotidien | 19/02/2010

Répondre à ce commentaire

la luzerne pousse à profusion dans mon jardin sauvage du bord de mer dans le cotentin et je me demandais si le feuillage était comestible car pour les graines je n'en ai jamais vues mais peut-être ai je mal regardé?
merci

Écrit par : edita | 17/05/2010

Répondre à ce commentaire

merci pour l'article
j'habite en algérie et je vais faire un essaie de culture
j'ai commandé un paquet de graine sous le nom d'ENGRAIS VERT pour 200m²
mais je voudrais apprendre a recuperer les graine pour replenter une plus grande surface
merci

Écrit par : BENDJEDDOU | 01/12/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Bendjeddou,
Je ne connais pas les conditions de croissance de cette plante en Algérie. En Belgique, le semis se fait vers le mois d'avril pour une première coupe en juillet, et une deuxième en septembre. Un champ de luzerne permet 3 à 6 fenaisons par an, soit toutes les cinq semaines. Les fenaisons se font en fleurs pour nourrir le bétail.
Pour la récolte des graines, on attend que des gousses apparaissent en place des fleurs. Les fruits sont des gousses en forme d’hélice en deux ou trois spirales. Les graines un peu oblongues d’environ 1,5 mm de diamètre sont dans ces gousses. On retourne le champ avec la dernière récolte tous les 7 ans.
Bonne culture,
Micha

Écrit par : micha | 02/12/2011

Répondre à ce commentaire

bonjour je vie a montreal et j/ai besoin de savoir ou se trouve les champs du luzern a canada et si j/ai besoin d/acheter leur produits comment je peux les comuniquer
merci

Écrit par : rania | 01/12/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Rania,
voici un site où vous pourrez trouver les renseignements que vous cherchez :
http://www.agr.gc.ca/fra/industrie-marches-et-commerce/statistiques-et-information-sur-les-marches/par-produit-secteur/cultures/legumineuses-a-grains-et-cultures-speciales/fourrages/?id=1174594338500
cordialement
micha

Écrit par : micha | 02/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.