22/01/2006

Entrons dans le monde des FREQUENCES

L’Homme, monde fréquentiel

 Fréquence est un mot relativement mal défini dans de nombreux dictionnaires ou encyclopédies. Fréquence a pour racine l’adjectif fréquent provenant du latin frequens qui signifie nombreux. Le manque de définitions précises provient probablement de la multitude d’utilisation de ce nom féminin dans la vie courante.Si nous nous référons au Petit Larousse illustré :Fréquence : caractère de ce qui arrive plusieurs fois – nombre de vibrations par unité de temps dans un phénomène périodique – dans les courants alternatifs, inverse de la période – nombre d’observation d’un type donné d’évènements – nombre d’unités d’une population statistique, rattachées à une classe déterminée – suivent les applications électromagnétiques de ce phénomène !Toutes ces définitions se complètent et devraient n’en former qu’une seule. Pourquoi lier le nom masculin Humain et le nom féminin fréquence ?

 Commençons par examiner l’humain :  

Si nous examinons l’anatomie purement chimique et physique de l’humain, il est constitué à environ 80% d’eau, quelques kilos d’os, d’un peu de chair et de graisse. Si nous poussons un peu plus loin le raisonnement, l’eau c’est un peu d’hydrogène, un peu plus d’oxygène, les os, la chair et les graisses sont composés essentiellement de carbone, d’azote, à nouveau d’hydrogène et d’oxygène et de quelques minéraux. Poussons encore plus loin le raisonnement, tous ces éléments chimiques n’étant qu’un arrangement de quelques molécules, elles-mêmes composées d’atomes, eux-mêmes composés d’un noyau autour duquel gravitent quelques électrons. Le noyau est encore subdivisé en neutrons et protons qui représentent l’essentiel de la masse de l’atome (99.95%). Quelques idées de grandeur : par mm³ de volume de notre corps, nous pourrions aligner des  millions de milliards de molécules et malgré tout il reste de grands vides entre le noyau de l’atome et les divers électrons 2.000 fois plus petits que le noyau. Si le noyau de l’atome était de la grandeur d’un noyau de cerise les premiers électrons se rencontreraient à plus de 10 mètres de lui ! Nous sommes donc ici dans le microscopique.Un exemple concret : chaque globule du sang compte 280.000 molécules d’hémoglobine. Chaque molécule d’hémoglobine est une énorme structure de 10.000 atomes pouvant grâce aux poumons véhiculer, recueillir et libérer 4 atomes d’oxygène. Cela veut dire que par minute nos poumons véhiculent 56.000 millions de millions de millions (56.1021) atomes d’oxygènes. C’est dans cet échange que nous régénérons notre sang.  Quelle est la force qui permet à ce magma de protons, de neutrons et d’électrons de rester ensemble et de garder entre eux cette cohésion ?  Cette force est celle qui régit également le cosmos tout entier, c’est la gravitation. En nous des milliards de petites sphères tournent sur elles-mêmes ou l’une autour de l’autre dans un ordre parfait et magnifiquement orchestré, chacune ayant sa propre programmation et connaissant les règles de bonne entente et de compréhension de sa voisine. Toute cette merveilleuse mécanique est régie et guidée par des champs magnétiques. Si nous regardons notre terre qui tourne sur elle-même, qui possède son satellite qui est la lune, et ensemble gravitent avec d’autres planètes autour du soleil, nous avons un système présentant de nombreuses analogies à celui que nous venons de décrire pour l’humain. La terre ne tourne pas n’importe comment, elle tourne, autour d’un axe passant par deux pôles magnétiques, en pratiquement 24 heures. Le champ magnétique de la terre forme autour de la planète un vaste espace en forme de goutte, appelé magnétosphère. La présence de ces champs magnétiques de la terre peuvent être observés lors de phénomènes optiques fréquents dans les régions polaires : les aurores boréales.La magnétosphère (3) est composée d’un plasma, gaz dans lequel les atomes se sont séparés en particules instables. Lors d’éruptions solaires importantes, des vents (1) de particules ionisées arrivent dans l’environnement de la terre. Notre atmosphère joue protection contre ces vents, mais au pôle Nord, là où pénètre les lignes de force de notre champ magnétique les particules ionisées sont entraînées dans l’atmosphère et réagissent avec le plasma de la magnétosphère pour créer un magnifique spectacle de lumière sous forme de rideaux luminescents de toutes les couleurs.    

 

 

  

Notre terre dont le diamètre moyen est de 12.740 km soit une circonférence à l’équateur de 40.000 km, ce qui veut dire qu’un point sur l’équateur tourne à une vitesse de 40.000 km/24 h = 1.667 km/h. Pouvez-vous imaginer, que sans bouger de votre siège, à la latitude où vous vous trouvez, vous « roulez » à plus de 1.300 km/h sans vous en rendre compte ! Bravo ! Vous venez de passer le mur du son sans le savoir. En effet, le son, cette vibration que vous envoyez dans l’air quand vous parlez, progresse jusqu’à l’oreille de votre voisin à une vitesse de 1.224 km/h. Si nous ne nous rendons pas compte de ces phénomènes, c’est parce que nos sens répondent à des lois relatives. Si vous êtes passager dans un train, même un TGV, votre environnement direct se mouvant à la même vitesse que vous, semble inerte, alors que si vous jetez un coup d’œil par la fenêtre, vous pouvez à ce moment vous rendre compte de votre vitesse de croisière.  

De nombreux phénomènes nous entourent, régissent notre façon d’être sans pouvoir les percevoir tout comme vous ne vous rendez pas compte, que même dans votre sommeil vous parcourez un tel trajet à travers le firmament.

... à suivre 

 

Micha

11:11 Écrit par micha | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.