21/02/2006

Le THYM, un peu pour tout

Le THYM, un peu pour tous et un peu pour tout

 

T H Y M

 

Le thym est une lamiacée proche du serpolet d’où l’origine de son appellation thym serpolet (thymus serpyllum), également nommé serpolet, thym sauvage, pillolet, serpoulet, farigoule suivant les régions. Le thym a besoin de soleil et c'est pourquoi on le trouve, à l’état sauvage dans des endroits pierreux ou dans des pâturages style garrigue. 

 

      

THYM0.JPG

 

 

Le thym peut être conservé frais un bon moment en pot.

L’été, lorsque le soleil est au zénith, une senteur aromatique émane de ces tapis de fleurs violettes, attirant insectes et abeilles.  Le thym serpolet est connu dans les pays méditerranéens dès le 11 ème siècle. Ses vertus et sa facilité à s’accoutumer à des terres pauvres vont en faire une espèce cultivée et deviendra le thym des jardins (Thymus vulgaris) un peu plus haut que le thym sauvage.  Tous les deux ont une action thérapeutique semblable.

Tham chez les égyptiens, il servait dans les embaumements où ses vertus de ralentir la putréfaction des chairs était déjà connue.

Le thym est  épicé et source de chaleur.  Pour les anciens, il favoriserait la miction et les règles, empêche les fausses couches et accélère, lors d'accouchements normaux, le passage du bébé hors de l'utérus.  La boisson préparée à base de thym purifie les parties intérieures nobles du corps.

 

Principaux constituants :

Le thym  contient une essence volatile riche en produits phénoliques notamment le carvacrol.

 

Parties utilisées:

Les sommités fleuries de préférence. Hors saison florale on utilise les jeunes pousses.

Le thym frais est toujours préférable et les propriétés médicinales plus puissante, mais les feuilles de thym séchées gardent de nombreuses propriétés du thym frais.

 

Utilisations :

L'abbesse Hildegarde de Bingen mentionne le thym comme remède contre la lèpre, la paralysie et les maladies des nerfs.  Qui boit le matin une tasse de tisane de thym au lieu de son café habituel ressentira très vite son action bienfaisante: esprit frais, estomac sain, plus de toux matinale et sensation générale de bien-être.

L’herboriste Maria Treben utilise un coussin d'herbes séchées composé de thym serpolet, de camomille et d'achillée cueillies au soleil, comme oreiller, et recommande une tisane de ces herbes, pour soulager les névralgies faciales. 

En cas de crampes d'estomac et de crampes causées par les règles, ainsi que de crampes dans le bas-ventre, le thym est indiqué aussi bien en usage interne qu'en usage externe.  On en boit deux tasses pendant la journée. 

En usage externe, on fait des coussins avec les fleurs et les tiges cueillies au soleil de midi et séchées.  Avant de se coucher, ce coussin est réchauffé et posé sur l'estomac ou le bas-ventre.  En cas de tumeurs et de meurtrissures, ainsi qu'en cas de rhumatismes anciens, des coussins d'herbes sont également recommandés.

Toujours en usage externe, l’huile de thym, utilisée en massage convient dans les cas d’entorses, inflammations d’origine inconnue et rhumatismes.

 

Lors de maladies des voies respiratoires, d'engorgement des bronches et d'asthme bronchique, et même en cas de coqueluche, le thym est un remède qui a fait ses preuves en association avec le plantain, à parts égales.  Il faut préparer la tisane fraîche quatre à cinq fois par jour; lorsqu'une gêne respiratoire se fait sentir, cette tisane, bue par gorgées toutes les heures, fera de l'effet.

 

Le thym est une tisane convenant parfaitement à l’enfant. Elle fortifie sans énerver, et une pochette en tissus contenant des branches de thym placé dans le bain de l’enfant est pour lui l’assurance de passer une nuit calme et sereine. Comme les vapeurs de thym dégagent également les voies respiratoires et les mucus des sinus, sa respiration nocturne sera améliorée. On ne pense pas toujours que l'administration de boissons sortant directement du réfrigérateur peut mener chez les enfants à une bronchite pouvant devenir chronique.

Le bain et les massages au thym conviennent également parfaitement à l’adulte dépressif (pour le massage, voir ci-après l’huile macérée au thym).

Le thym est également conseillé en cas d'épilepsie. Dans ce cas, le traitement se fait en dehors des crises, 3 à 4 tasses de tisanes par jour. On recommande une cure de tisane de deux à trois semaines, avec des interruptions de plus en plus grande entre les cures.

 

Il ne faut pas oublier que le thym est un remède conseillé contre l'alcoolisme. 

Anciennement certains couvents s’occupaient de la détoxication des alcooliques. Le moine qui s’en occupait, versait sur une bonne poignée de thym un litre d'eau bouillante, et laissait infuser deux minutes.  La tisane était maintenue au chaud couverte au bain marie, le moine donnait à la personne alcoolique une cuillerée à soupe tous les quarts d'heure.  Il s'ensuit des nausées, des vomissements, une action laxative et des urines abondantes, une forte transpiration, accompagnés d'un grand appétit et d'un sentiment de soif.  En cas de rechutes, qui sont inévitables au début, mais qui reviennent de moins en moins souvent, on recommençait la cure.

 

Le thym a une action antiseptique et est un stimulant digestif extraordinaire. Il fait partie du classique bouquet utilisé dans les marinades. Il convient à la cuisson de toutes les viandes et des poissons gras.

C’est aussi un puissant bactéricide.

 

Infusion:

Faire bouillir 1/4 de litre d'eau, arrêter le feu, y jeter 1 cuillerée à café bombée de feuilles de thym séchées ou une dizaine de jeunes pousses fraîches. Laisser infuser maximum 5 min.

 

Bain:

200 g de thym frais pour un bain complet.

 

Huile de thym serpolet:

Remplir un pot à stériliser, sans tasser, de sommités fleuries et de jeunes pousses de thym cueillies au soleil de midi, recouvrir d'huile d'olive pressée à froid, de sorte que l'huile recouvre de deux doigts les le thym.  Laisser reposer 14 jours au soleil ou à proximité d'une source de chaleur en hiver.

Filtrer et verser dans une bouteille. Cette huile peut être utilisée pour le massage, mais aussi pour l’assaisonnement des salades.

 

Coussin d'herbes:

Faire sécher les herbes au soleil. Remplir les herbes dans un coussin et le refermer par une couture.

 

Sirop de thym:

Cette méthode provient du livre de Maria Treben : humidifier entre les mains humides les fleurs et les tiges cueillies au soleil et placées dans un bocal.  Par couches, les tasser dans le bocal avec du sucre brut.  Laisser reposer le tout environ trois semaines dans un endroit ensoleillé.  Les fleurs et les tiges gorgées de sucre que l'on tamise dans une passoire ne doivent être lavées qu'avec très peu d'eau, qui donne le sirop.  On laisse alors le sirop cuire à petit feu, sans toutefois le faire bouillir.  Le sirop ne doit être ni trop épais ni trop liquide, pour cette raison le laisser refroidir une à deux fois afin de pouvoir effectuer un contrôle.

 

6021701.jpg

 

 

Maintenant, on trouve du thym en pot dans toutes les grandes surfaces et ce toute l’année et à des prix très démocratiques. Alors pourquoi vous en priver ?

Micha

 

14:52 Écrit par micha | Lien permanent | Commentaires (66) |  Facebook |

11/02/2006

 LES HUILES ESSENTIELLES

LES HUILES ESSENTIELLES

 

Une plante agit par l'ensemble de ses constituants, vivifiés et dosés par le végétal lui-même dont c'est le rôle exclusif. 

Quand on en extrait une substance unique considérée comme le principe actif, il s'agit en général d'un poison dont l'usage peut être valable, mais il s'agit alors, d'une branche très spéciale de la pharmacopée allopathique.

 

Les huiles essentielles étant des extraits de végétaux, leur utilisation doit donc être effectuée avec une grande prudence.

 

NOTE IMPORTANTE A LIRE AVANT UTILISATION D’HUILES ESSENTIELLES

 

§         Toutes les huiles essentielles pures doivent être manipulées avec la plus grande prudence.

§         Ne jamais laisser les flacons à la portée des enfants. Il est conseillé de diluer (voir posologie ci-dessous) directement les petits flacons « sent bon », si l’utilisation postérieure rend la chose possible et de l’étiqueter suivant les normes. A la limite faite faire l’opération par votre pharmacien.

§         Pour être appliquées sur la peau, les huiles essentielles doivent impérativement être diluées dans des excipients adéquats (crèmes, huiles végétales, gels).  Seules quelques huiles essentielles peuvent s'appliquer pures sur la peau par un consommateur averti.

  • Les huiles essentielles de cannelle, de menthe poivrée et de lédon du Groenland doivent être utilisées avec la plus grande prudence; ne jamais les utiliser pures et ne les ingérer que suite à un conseil médical spécialisé.
  • Ne pas utiliser d'huiles essentielles durant la grossesse (surtout les 3 premiers mois) et chez l'enfant de moins de 3 ans.  Seul un médecin aromathérapeute peut prendre cette responsabilité.
  • Ne jamais injecter d'huile essentielle par voie intramusculaire ou intraveineuse.
  • Ne jamais appliquer d'huiles essentielles pures dans les yeux, le nez, l'oreille et les zones anales ou génitales et les muqueuses en général.
  • En cas d'absorption accidentelle d'une grande quantité d'huile essentielle (un demi millilitre ou plus), ingérez rapidement une huile végétale douce (olive, tournesol) et prenez contact avec le centre antipoison.
  • Pour toutes les essences de Citrus même diluées, ne pas s'exposer au soleil après une application cutanée, car il existe un  risque de photosensibilisation.
  • Une huile essentielle peut ne pas vous convenir, à la moindre réaction gênante stopper sa prise ou son application.
  • Une huile essentielle diffusée peut très bien vous convenir, mais ne l’imposez pas aux autres.
  • Les huiles essentielles doivent rester à l’abri de la lumière et de la chaleur.
  • Les flacons devant contenir les huiles essentielles doit être impératrivement en verre et en verre teinté pour sa conservation à l'abri de la chaleur et la lumière.

 

Extraction des huiles essentielles

 

 

Les parties des plantes utilisées à la fabrication sont introduites dans le distillateur par le sas de chargement. La vapeur provenant de la chaudière va lentement progresser et entraîner avec elle les principes odorants, les essences et les huiles de la plante. Un condenseur, dans lequel circule de l’eau froide à contre courant, va  liquéfier cet agglomérat de vapeur. Dans le séparateur, une sélection va se faire par densité en trois produits :

L’huile essentielle plus légère  est récupérée dans le haut de la partie supérieure.

Une huile fine et odorante dans la partie basse de la partie supérieure.

L’hydrolat, qui est appelée aussi « eau de » qui est une eau parfumée et récoltée dans la partie inférieure.

Les huiles essentielles sont très concentrées, chères et vendues en petites quantités, en général, 2, 5 ou 10 millilitres.

Le coût de certaines huiles s’explique par la difficulté d’extraction de celles-ci.

Un exemple parlant :

Pour obtenir 1 kg d’huile essentielle de rose de Damas il faut 4.000 kg de pétales qui doivent être prélevées juste entre la fin de la rosée du matin et deux heures avant le zénith du soleil. Cela représente un hectare de rosiers.

Par comparaison, il ne faut que 50 kg de sommités fleuries pour obtenir la même quantité d’huile essentielle. Les prix de revient seront donc très différent.

D’autres types d’extractions à froid existent. Pour les huiles essentielles de néroli, citrus… c’est par pression à froid des zestes des fruits que l’on tire l’huile essentielle. Pour le citron, il faut 3.000 citrons pour tirer 1 kg d’huile essentielle.

 

 

Posologie et mode d’emploi

 

Du fait que les huiles essentielles sont très concentrées, la pesée de si petites quantités de liquide n'est possible qu'en laboratoire.

Il est important, pour la posologie, de ne pas confondre les pres­criptions de gouttes d'essences pures avec des gouttes d'une solution d'essences dans un liquide (alcool ou autre). C'est une confusion, qui bien qu’elle relève du bon sens, arrive encore trop souvent.

La mesure en gouttes pour un liquide comme les essences corres­pond à une quantité en volume et est plus facile à manier.

- Essence pure : une goutte est bien définie par cette mesure.

Pour des raisons diverses (stockage moins dangereux, prise de plusieurs huiles en même temps), il est intéressant de les diluer.

- Dilution au 1/10: c'est-à-dire 10 ml d'essence diluée dans 90 ml d'alcool ; il est bien évident qu'il faudra ici 10 gouttes de la solution alcoolique pour correspondre à 1 goutte d'essence pure.

Vouloir avaler directement ou en mélange avec de l'eau est donc très dangereux, un brassage énergique ne changeant rien à la solubilité.

Les essences à absorber doivent être incluses dans des excipients alimentaires divers. Les essences, sont insolubles dans l'eau. Elles se mêlent facilement avec : lait, yaourt, fromage blanc, crème, huile, miel, alcool. 

On peut en imprégner un petit morceau de sucre, il faut le garder un moment dans la bouche en salivant bien et seulement le croquer ensuite.  Il est nécessaire de boire aussitôt, de l'eau ou autre boisson. L'autre raison est que mises directement au contact des muqueuses de la bouche, elles pro­voquent une sensation de brûlure fort désagréable.

Il en est de même pour mettre des huiles essentielles dans le bain, il faut les diluer dans du lait avant de les verser dans l’eau du bain.

 

 

Utilisation des huiles essentielles

 

Trois méthodes d’utilisation des huiles essentielles habituelles sont :

§         Olfactive : par des diffuseurs ou sur un tissus.

§         Massage : mélangé à des huiles de massage ou plus simplement l'huile d'olive.

§         Par voie buccale : avec toutes les précautions d’usages reprises ci-après.

 

Méthode olfactive -  les diffuseurs :

 

 

Il existe de nombreux types de diffuseurs d’huiles essentielles.

Le plus recommandable sur le plan olfactif et qui gardent aux huiles l’entièreté de leur qualité primordiale est le modèle 3 de la figure ci-dessus. Son gros inconvénient est le bruit. Il s’agit d’une pompe à air à membrane qui pulvérise, au travers d’un injecteur, les vapeurs d’huile essentielle dans l’air ambiant. L’opération se passe donc sans chauffage de l’huile et le liquide porteur de l’huile est de l’alcool.

Le moins coûteux et le plus courant est le modèle 4. Il existe sous différentes formes et est généralement en terre cuite émaillée ou pas. On introduit une petite bougie chauffe plat dans la partie inférieure. On met un peu d’eau dans le petit récipient de la partie supérieure, à laquelle on ajoute l’huile essentielle préalablement mélangée à l’alcool pour la rendre soluble.

Le modèle 2 est basé sur le même principe sauf que la chauffe se fait à une température très modérée qui n’altère pas l’huile essentielle.

Le modèle 1 est un modèle de voyage électrique qui permet la diffusion en partant d’un coton imbibé de l’huile  essentielle soit pure ou diluée.

Une autre manière de diffuser l’huile essentielle est de mettre une goutte soit sur un mouchoir pour en respirer au cours de la journée ou sur la taie d’oreiller pour la nuit. Dans ce dernier cas, il faut attirer l’attention qu’il ne faut pas utiliser cette méthode plus de 3 jours, car le temps d’exposition est très long. Par exemple : si l’huile essentielle de romarin est très efficace sur l’oreiller quand on a une obstruction narinaire suite à un rhume, son utilisation plus de trois jours consécutivement peut provoquer des saignements de nez.

 

Massages

Un massage local peut être effectué par des huiles essentielles. L’eucalyptus aussi bien globulus que radiata , 3 gouttes mélangées à une cuillère à café d’huile de noisette frictionnée sur la gorge et le thorax vont permettre de passer une meilleure nuit dans les cas de rhume.

Lors de massage de type relaxant, il est courant d’utiliser des huiles essentielles afin d’en compléter l’effet thérapeutique. La peau étant une surface d’absorption intense de notre organisme, il y a lieu d’agir avec une extrême prudence.

D’une part, que cette huile convient à la personne tant sur le plan dermatologique que sur l’effet pathologique que cette huile essentielle va créer.

La peau étant comme les poumons le plus grand échangeur sanguin, la quantité d’huile essentielle mélangée à l’huile de massage devra être très faible.

Il est donc capital d’une part de connaître le chémotype de l’huile et de savoir à quel type de thérapie cette huile appartient.

Un exemple : l’huile essentielle de thym à chémotype tuyanol peut être utilisée en friction cutanée pour une angine alors que l’huile essentielle de thym à chémotype thymol est un caustique pour la peau.

 

 

Usage interne ou culinaire

L’utilisation de l’huile essentielle par voie interne n’est pas recommandée sous forme d’auto médicamentation. Suivant les variétés de plante, l’huile essentielle obtenue peut être différente.

Un exemple : dans le même cadre d’idée que pour le traitement par la peau, la prise d’hysope officinalis var. decumbens utilisée pour son action bienfaisante des voies respiratoires devient un toxique du système nerveux pouvant entraîner des crises d’épilepsie  sous forme de son chémotype hysope officinalis var. ssp officinalis .

Quand on parle d’utilisation culinaire, il s’agit de 2 à 3 gouttes pour mélanger par exemple  à la pâte pour donner des saveurs. Une ou deux gouttes de citrus limonum additionnées à une vinaigrette d’accompagnement d’une salade la rendra plus digeste.

Une goutte de girofle dans une cuillère à café de d’huile d’olive et dont on frictionne les gencives est un excellent désinfectant des infections buccales.

 

Donc la prudence reste de mise pour la mise en œuvre des huiles essentielles.

 

Quelques applications :

RE-SENTIR aide d'arrêt tabagique ou autres drogues.(Article à venir)

BAINS aux huiles essentielles 

 

Micha

 

 

11:17 Écrit par micha | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/02/2006

Le POIREAU c'est aussi une médecine

Pas que diète le Poireau
 

POIREAU  (Allium porum)

 

 

 

Bien connu des ménagères et des gastronomes de la nouvelle cuisine, le poireau est peu connu comme plante médicinale. Pourtant, Hippocrate disait que le poireau favorisait la diurèse, relâchait le ventre et arrêtait les éructations.

HISTOIRE

 

L'origine géographique du poireau reste incertaine, certains trouvent son origine au Proche-Orient. C'est un légume ancestral qu'on considère comme un dérivé du poireau des vignes ou ail d'Orient, ramassé dans les champs et sur les talus.

En effet, proche parent de l'ail et de l'oignon, le poireau  est lié depuis toujours à l'histoire des civilisations.
Assyriens, Chinois et Egyptiens consommaient et aimaient le poireau. Les Hébreux aussi : on affirme que durant la fuite en Egypte, ils regrettaient trois choses, les concombres, les melons... et le poireau ! Quant au pharaon Chéops, il offrait des bottes de poireaux pour récompenser ses meilleurs guerriers.
Mais l'histoire de ce légume reste surtout attachée à l'empereur Néron, que l'on surnommait "le porrophage", tant il appréciait le poireau : utilisant les vertus bien réelles du poireau pour calmer la toux et adoucir les cordes vocales, il prenait chaque jour force bouillons de ce légume.
Le poireau aura aussi son heure de gloire "guerrière", lorsque les Gallois furent victorieux dans une bataille décisive... au cours de laquelle, pour se reconnaître, ils avaient arboré un poireau fiché dans leur chapeau ! C'est depuis ce temps que le poireau a été adopté comme emblème par le pays de Galles.
Le poireau était particulièrement prisé au Moyen-Âge, quand les productions alimentaires se trouvaient limitées. Après une période de relatif dédain, il a été redécouvert par les virtuoses de la nouvelle cuisine... et par tous les amateurs de saveurs typées et appétissantes.

 

PROPRIETES

 

Il est très peu énergétique : 35 Kcalories pour 100g de poireau.

 

Le poireau (partie blanche et verte) contient en moyenne :

 

Composition

 

90,5  % d'eau

3,5  % de fibres

2 % de protéines

0,3 % de lipides

4% de glucides dont 1,5 g de fructose, 1,2 g de glucose et 0,7 g de saccharose.

 

vitamines (en mg pour 100 g) :

 

A  : valeur moyenne 0,5 (vert : 2 ; blanc : 0.02)

B1 : 0,1

B2 : 0,06

B3 : 0,5

B6 : 0,2

B9 : 0,02

E : 0,9

C : 28 pour le vert (tombe à 15 à la cuisson) et 18 pour le blanc

 

minéraux (en mg pour 100 g) :

 

Sodium : 5

Potassium : 240

Calcium : 100

Magnésium : 18

Fer : 1

Cuivre : 0,05

Phosphore : 45

Manganèse : 0,2

Zinc : 0,3

Chlore : 25

Souffre : 72

 

INDICATIONS

 

Les poireaux s’ébouillantent à feu doux dans l’eau légèrement salée, toujours à découvert pour éliminer les composés soufrés, avant d’être apprêtés.

 

Les poireaux ne contiennent pas d'acide oxalique et notre organisme peut bien assimiler ses minéraux. Il conviendra particulièrement aux anémiques.

Riche en pectine, le poireau abaisse le taux de cholestérol et prévient dans une certaine mesure l'artériosclérose.

Le bouillon de cuisson est diurétique, antiseptique et laxatif, il est aussi indiqué en cas de cystite, de lithiase et d'autres affections urinaires.

Si vous êtes fragile de l'estomac, vous supporterez mieux les poireaux accommodés avec d'autres légumes comme les pommes de terre et les carottes.

Peu calorique, il est conseillé dans les régimes amaigrissants et en soins de cellulite.

Il a une forte densité nutritionnelle du fait de sa richesse en minéraux, surtout en potassium et en acide folique.

 

Faites des mono-diètes type bouillon de poireau, jus de fruits, au moment de la pleine lune et de la nouvelle lune, afin de détoxiquer l'organisme. Aucune fatigue n'est à craindre si vous ne le faites que sur une journée ou une demi-journée.

 

L'eau de cuisson des poireaux donne de jolis reflets aux cheveux bruns.

Pour garder toutes ses propriétés et aussi son goût au poireau, on peut aussi cuire à feu très doux, sans eau , ou vraiment très peu si les aliments sont trop déshydratés, ni matières grasses, dans un récipient couvert à fond épais, il gardera toute sa saveur si vous le mangez un peu croquant. Le goût est différent des autres cuissons étant donné que les certains sels minéraux seront alliés au souffre et en modifie la saveur et les propriétés.

Intérêt nutritionnel

  • De faible apport calorique, long à digérer, riche en fibres, c'est un des aliments minceur les plus appréciés et utilisés. Le blanc, à la différence du vert, contient des traces de saccharose responsable de sa saveur douce.
  • Légume diurétique en raison de sa teneur en fructosane et de sa richesse en potassium, associée à un faible taux de sodium. Consommé sous forme de bouillon, il facilite efficacement l'élimination rénale.
  • La partie verte du poireau est riche en carotène, en vitamine C et en vitamine E, trois précieux antioxydants dont on confirme régulièrement l'action de prévention du risque cardiovasculaire, de certains cancers et du vieillissement prématuré.
  • Il faut noter cependant que le vert de poireau est cent fois plus concentré en carotène et deux fois plus en vitamine C que le blanc.
  • Le poireau est très riche en fibres diversement réparties. Le blanc contient de précieuses pectines qui lui confèrent après cuisson sa consistance moelleuse mais aussi son rôle régulateur de l'absorption du sucre, du cholestérol et des calories, ainsi que son action douce et utile sur le transit intestinal. Le vert a des fibres dures et indigestes, parfois mal tolérées par les intestins sensibles.
  • Enfin, sa teneur en composés soufrés responsables de son odeur caractéristique peut limiter sa tolé­rance et rebuter l'enfant. On réduit beaucoup cette présence soufrée en cuisant le poireau à découvert pour laisser s'échapper les composés volatils.

Grâce à ses sels alcalins, une cure de poireaux est équivalente à une cure à Vichy (l'eau de cuisson des poireaux a des propriétés comparables) : 3/4 de litre ou 1 litre par jour pendant 3 semaines (très diurétique).

 

PHARMACOPEE

 

Usage interne

 

  • Cru, coupé en fines lamelle, en salade, mélangé à d'autres crudités
  • Décoction de poireaux; soupes, eau de cuisson des poireaux.
  • Radicelles pilées dans du lait : vermifuge
  • 30 g de radicelles macérées dix jours dans 1 litre de vin blanc : un verre à bordeaux chaque matin (azotémie).
  • Bouillir 1kg de blanc de poireaux dans 2 litres de vin blanc sec jusqu’à réduction de moitié de volume. Filtrer. Boire 1 verre à bordeaux le matin à jeun.
  • Contre la gueule de bois des lendemains de fête : soupe à l'oignon et au poireaux.
  • Dyspepsies (lourdeur d’estomac, ballonnement, coliques…)
        • Anémie
        • Affections urinaires
        • Arthrite
        • Athérosclérose
        • Azotémie ou insuffisance rénale (manque de créatinine)
        • Goutte
        • Lithiases urinaires
        • Obésité
        • Rhumatismes

 

        • Ingestion de corps étrangers : manger aussitôt la plus grande quantité possible de poireaux cuit à l’eau. Les fibres vont enrober l’objet en évitant des altérations des parois stomacales et intestinales et favorisent l’expulsion.

 

Usage externe

 

  • Hacher et extraire le suc, ajouter à du lait ou petit-lait : en lotions contre les rougeurs et éruptions du visage.
  • Hacher et extraire le suc, ajouter à de la  mie de pain donnent une pâte qui mûrit abcès et furoncles.
  • Aussi, contre les furoncles : cataplasmes de blancs de poireaux malaxés dans très peu d'eau sucrée pour obtenir une pâte.
  • Rétention d'urine ou cystites : cuire à feu doux six poireaux recouverts d'huile d'olive. Appliquer chauds sur le bas-ventre.
  • Cors et durillons : faire macérer pendant vingt-quatre heures une feuille de poireau dans du vinaigre. Appliquer la nuit sur la partie humide. Gratter : la callosité s'écaillera. Renouveler si besoin.
  • Piqûres d'insectes et les aoûtats : frotter avec une tête de poireau (limite du vert et du blanc) coupée en deux (enlever l'aiguillon).
  • Plaies : la feuille de poireau fournit un pansement antiseptique et cicatrisant.
        • Abcès
        • Cors et durillons
        • Cystites
        • Furoncles
        • Hémorroïde
        • Piqûres d'insectes
        • Plaies
        • Rétention d'urine
        • Soins du visage.

 

JARDINAGE

 

Type de sol

Le sol doit être meuble, frais, riche en humus bien décomposé.  L’acidité du sol  doit être neutre. Le poireau aime avoir un endroit ensoleillé et une humidité de sol normale.

 

Méthode de culture

Les périodes de culture varient suivant les types de poireau, car il est possible d’avoir des poireaux en toutes saisons.

Poireau Acadia est une variété d’été. Le semi se fait dès février dans un coin sous abri, en terre bien fumée. En mai, ils sont bons à repiquer en rang distant de 30 cm, avec une quinzaine de centimètres d'écart entre chaque pied. Avant le repiquage, réduire de moitié le feuillage et réduire aussi les racines. Laisser faner deux jours les pieds pour les endurcir.

Arrosez quand cela est nécessaire et buttez légèrement vos pieds au fur et à mesure de la croissance, afin d’augmenter la partie de blanc.

 

Pour les poireaux  'Monstrueux de Carentan'  et 'Bleu de Solaise'  variétés d’automne et d’hiver, décaler l’ensemble des opérations de 3 mois.

 

 

Dès que la hampe florale se développe, le poireau n’est plus consommable. Les fleurs composées, sous forme d’une ombelle entourée de spathes membraneuses, ont des coloris allant du blanc au violacé suivant l’espèce.

Les poireaux résistent au gel et ils peuvent rester au jardin en hiver.

 

Les maladies et insectes nuisibles du poireau

La rouille et  le mildiou peuvent être traité, d’une manière préventive, par la bouillie bordelaise.

La teigne ou ver du poireau et la mouche de l'oignon pourront être évitées par la plantation d’œillets d’inde parmi vos poireaux. L’odeur de ces plantes tiendra éloigné ces insectes.

 

 

GASTRONOMIE

 

QUICHE AUX POIREAUX

Recette pour les jeunes poireau du jardin. Cela prend peu de temps et c'est excellent !

 

Ingrédients pour 3 à 6 personnes (suivant l’appétit):

6 jeunes poireaux

1 gros oignon

4 biscuits petit beurre

1 rouleau de Pâte brisée (diam. 30cm)

150 g de lardons fumés

2 œufs

50 g de crème fraîche

Sel, poivre

1 branche de persil

1 salade

 

Hacher le persil.

Couper l’oignon en émincé.

Couper les poireaux en lamelles d’un centimètre.

Faire revenir oignon et poireaux dans un peu d'huile d'olive.

Ajouter les lardons fumés.

Dresser la pâte brisée et garnir le fond des biscuits préalablement écrasés.

Etaler dessus les poireaux, oignon et lardons.

Battre ensemble les œufs, le persil et la crème et assaisonner selon votre goût en rajoutant sel et poivre.

Ajouter cette crème sur la quiche.

Mettre au four 40 minutes environ à 180°.  

Déguster chaude avec une salade vinaigrette.

Un vin sec luxembourgeois ou alsacien de bon cru, s’accommode parfaitement avec ce plat.

Bon appétit.

  Micha

10:33 Écrit par micha | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |