04/11/2006

YOGA - Les étirements 1/2 pont et pince

Thème : Etirement de la colonne vertébrale – S’observer dans l’action par la respiration Dans les étirements de la colonne vertébrale, la position de départ dans la phase dynamique a une grande importance. La colonne doit être placée dès le début en phase d’extension et les vertèbres bien alignées. Une prise d’extension de la colonne vertébrale sur un mauvais alignement peu provoquer une hernie discale, cette phase dynamique doit être lente et en étirement naturel basé sur la force de pesanteur qui agit en relation avec la respiration.Les étirements dans ces postures vont être dépendants de la physionomie de chaque personne,  la prise de la posture devra s’adapter à chaque participant. Ordre de la séance 

Afin de respecter la philosophie des gunas dans la progression de la séance de yoga,  après des échauffements musculaires, c’est le Pont qui est le plus rajasique que je pratiquerais en premier lieu. La pince assise, nous confortant dans la position fœtale, est nettement plus sattvique, viendrait ensuite une relaxation, ce qui respecte au mieux l’ordre des gunas.

Echauffements :

 SETUBANDHASANA ou PontEn sanscrit : SETU = PontBANDHA = Lier, construction, relation SETUBANDHASANA a pour but de construire une posture semblable au pont. Par analogie avec la posture PASHIMOTTASANA on aurait pu l’appeler « étirement de l’Est », en effet, c’est toute la face avant qui est étirée dans cette posture.Cette posture inversant les lordoses cervicales et lombaires et de plus accentuant les cyphoses naturelles des dorsales de la colonne vertébrale, un échauffement préalable à la prise de la posture est indispensable. Le pont est normalement pris en partant de SALAMBA SARVANGASANA ou chandelle mains placées au niveau des reins ; nous laisserons cette pratique à des yogi chevronnés ou à des adeptes du contorsionnisme. La posture que je propose est le demi-pont et se pratique au départ de la position couchée sur le dos.Cette posture requiert un tapis de sol antidérapant et les pieds seront nus pour une meilleure adhérence nécessaire au maintien de la posture statique. La position de départ allongée sur le dos, jambes souples ou légèrement pliées pour ne pas accentuer le creux lombaire, permet de prendre conscience et de corriger l’alignement de la colonne vertébrale que l’on va solliciter.

Dans la phase dynamique, au départ, les talons doivent être amenés le plus près possible des fessiers. C’est par une bascule du bassin que commence l’élévation du bas du corps. C’est au moment où le bas du corps est en place que l’on peut amener les bras de part et d’autre de la tête. Cette position des bras permet une meilleure extension et une plus grande ouverture thoracique favorisant le balayage de l’air dans les poumons. Le demi-pont va donc favoriser une respiration diaphragmatique.

Si cette position était inconfortable, la posture peut s’effectuer en plaçant les bras en chandelier et même si nécessaire en laissant les bras le long du corps.

Dans la phase statique, on profitera de chaque inspiration pour parfaire l’étirement et veiller au relâchement des cervicales à chaque expiration.

   

Dans la phase dynamique de retour, d’abord laisser le dos s’arrondir et se déposer au sol, vertèbre par vertèbre, avant de ramener le bassin. Cette phase doit être lente et laisser la respiration se faire naturellement, surtout pas de blocage de la respiration lors du retour de la posture.

 
PASHIMOTTASANA ou Pince assiseEn sanscrit :PASHIMA = vent d’OuestUTTAMA = action d’étirer Pour les asiatiques, le soleil levant est le symbole de la destinée humaine. Il est évident d’être face à sa destinée et donc l’Est ou le soleil levant représente la face avant de l’humain. Par complémentation, l’Ouest représente le dos du corps.PASCHIMOTTASANA est donc la posture d’étirement de toute la face externe du corps et par conséquent de la colonne vertébrale.Dès sa conception l’humain est en position voûtée vers l’avant, c’est la position du fœtus, de l’œuf. C’est cette position que l’humain va choisir dès qu’un besoin de calme ou  de réconfort se fait sentir. Cette position de flexion avant est donc idéale pour l’étirement de tout notre corps.

Le départ se fait par la posture DANDASANA ( Bâton). Par l’appui des mains au sol, les épaules étant maintenues basses,  on va étirer la colonne pour bien placer les ischions au sol et déjà libérer les disques intervertébraux par la pesanteur du bassin.

   

La pince sollicite particulièrement les disques intervertébraux et il est essentiel de ne pas se servir de « l’accrochage » des pieds par les mains pour opérer des tractions incongrues qui solliciteraient des efforts importants sur les cambrures de la colonne.

 

Je préconiserais que les mains glissent au sol de part et d’autre des jambes et des pieds tout au long de cette séquence.

   Lors de la phase statique, sur chaque expiration, on essayera de continuer à prolonger le déplacement des mains au sol et à l’inspiration de relâcher les tensions qui ont tendance à s’installer au niveau des cervicales. La face avant du corps étant comprimée, la respiration se fait surtout à la face antérieure du corps.   Bon Yoga            Micha    

19:41 Écrit par micha dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci Micha, ça détend vraiment...
Gros bisousGDFQD

Écrit par : Dodo77 | 05/11/2006

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.