21/12/2006

 2007

JOYEUSES FÊTES

 

 

Que vos rêves se réalisent

Que chez vous le bonheur s’éternise

Passez un Noël heureux

Pour l’année 2007 nos meilleurs vœux

Et que cette année nouvelle

Soit pour vous une merveille.

 

Micha

 

noel02

09:13 Écrit par micha dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/12/2006

Du désir à l'acte

L’auto-persuasion

 

Changer quelque chose dans sa vie est souvent très difficile, surtout s’il s’agit d’une addiction due au tabac, à la drogue, à l’alcool, un compagnon de vie ….

Peu de personnes savent qu’ils ont en eux-mêmes des possibilités de volonté d’auto-persuasion. Voici parmi de nombreuses autres méthodes, une qui ne coûte pas cher et qui se pratique seul.

Quand je dis seul, c’est soi avec son Soi et personne d’autre. Si possible, cela doit se pratiquer dans un endroit calme où vous êtes sûr de ne pas être dérangé. Il est important, avant de pratiquer de se relaxer par de la respiration lente et profonde.

Prendre une feuille de papier, au milieu vous écrivez, en majuscule et en gras, un prénom que vous aimeriez porter et vous l’entourez d’un cercle.

Déjà vous n’êtes plus devant une feuille blanche, mais en compagnie de ce prénom que vous aimez. Vous fermez les paupières, et laissez venir, sans les contrôler, les idées, les désirs qui vous passent par la tête concernant le sujet que vous désirez modifier dans votre vie et qui pourra vous amener dans une réalisation de vie personnelle meilleure. Ne pas juger des possibilités de réalisation, ici, tous les coups sont permis. Pour l’instant vous laissez émerger de votre inconscient  les possibilités de modification. Accueillir simplement tout ce qui vous passe par la tête, ne rien censurer.

Après ce chemin dans les confins de votre personnalité, vous allez écrire ou dessiner autour de la bulle contenant le prénom, ces pensées, tant les changements que vous désirez pour le futur que les produits de votre passé. Autour de chacune de ces idées vous dessinez une enceinte.

Vous reliez chaque enceinte à votre bulle.

Maintenant lisez le contenu de chaque enceinte, si possible tout haut, afin de vous entendre. Il est possible, que vous soyez étonné du contenu de certaines enceintes qui révèlent une part inconnue de vous-même. Puis à nouveau fermez les yeux et laissez s’envoler vos pensées sur le contenu de la lecture que vous venez de vous faire.

A présent, vous allez biffer d’un trait ce qui ne semble pas réellement servir vos intérêts.

Regardez et relisez les enceintes reliées à votre bulle et que vous avez gardées.

Essayez de mémoriser leur contenu.

Vous retournez la feuille, vous refermez les yeux et pensez aux impressions que  vous laissent ce que vous venez de lire, sans jugement sur l’action, ni sur vous-même.

Lorsque vous avez mémorisé, systématiquement un classement s’est opéré, rouvrez les yeux retournez votre feuille et entourez d’un trait de couleur l’enceinte qui a le plus retenu votre attention.

Prenez une nouvelle feuille, au dessus de laquelle, vous écrivez en lettre capitale le contenu de l’enceinte choisie, en dessous vous redessinez votre bulle prénom, puis vous divisez la page en deux parties.

Vous relisez, en conscience, l’enceinte choisie et vous envisagez ce qui pourrait permettre sa réalisation et vous le résumez dans la partie gauche de votre feuille. Des obstacles à sa réalisation vont aussi germer dans votre esprit, vous les résumerez sur la partie droite.

Quand cette réflexion est terminée, examinez la partie droite point par point et recherchez ce qui freine votre énergie de progresser et voir si cet obstacle émerge de vous ou de tiers.

-          Si c’est d’un tiers, cette pensée ne vous appartient pas, car c’est votre mental qui vous joue un mauvais tour en attribuant à ce tiers une pensée qu’il n’aura peut être jamais. Si c’est le cas, vous pouvez la biffer, puisque ce n’est plus à vous.

-          Si c’est la peur, voyez autour de vous les réalisations qui ont abouties, ces personnes ont aussi eu ces peurs et considérez que vous aussi pouvez franchir cette étape, vous le valez bien. Alors en âme et conscience, ou vous maintenez  la phrase ou vous la biffez. Pendant cette réflexion, d’autres arguments peuvent se présenter à l’esprit, n’hésitez pas à les résumer dans l’une ou l’autre colonne.

Ne jamais revenir aux hésitations du style « si j'étais sûr..., j'aurais peut-être dû..., je n'y arriverai pas... ».

Maintenant examinez avec attention, vos deux colonnes, quelle est celle qui est prédominante, vous avez devant les yeux une réponse objective à votre questionnement et c’est le moment de prendre votre décision.

Vous pouvez, maintenant prendre une belle feuille, y reporter votre enceinte, la bulle du prénom et la colonne de gauche, chaque jour vous pouvez l’enluminez d’un joli dessin.

Ce sera certainement un travail de longue haleine, vous allez signer votre engagement et le garder précieusement à portée de main. C’est votre certificat d’une vie meilleure.

Micha

 

17:14 Écrit par micha dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/12/2006

La posture du TRIANGLE

UTTHITA TRIKONASANA 

Utthita = tendu, étiré

Tri = trois

Kona = angle

 

 Partant de cette traduction, on pourrait envisager des foules de postures, car nous avons la possibilité de former avec notre corps de nombreuses figures du triangle.

 

Que ce soit des inflexions latérales ou des triangles nous sommes dans des postures asymétriques.

 UTTHITA TRIKONASANA   utthita4a.jpg

Utthita Trikonasana dans sa version idéale se pratique les deux pieds à plat sur le sol, les jambes tendues, la main posée à plat au sol à l’extérieur du pied porteur et la latéralité du tronc parallèle au sol.

Le corps n’étant plus dans son axe, et pour obtenir une posture stable, Trikonasana, va demander un point d’appui supplémentaire qui est la main. Ce trépied membres tendus n’est pas à la portée de tous et il faudra donc prévoir des variantes et, ou des adaptations en fonction de la souplesse et de la configuration du corps de chacun. Les proportions des longueurs des jambes, du bassin et des bras n’étant pas une équation constante chez toutes les personnes, il va falloir composer des aménagements en fonction de chacun.

Un des aménagements est de poser la main porteuse sur la jambe. Dans ce second cas de figure, la main n’arrive pas au sol, nous sommes alors dans une posture d’équilibre et le travail devient alors tout différent. Ce sont surtout les muscles des pieds, des chevilles et des jambes qui vont fournir le plus gros du travail. Personnellement cette posture n’est pas recommandable sur le plan des étirements, car le fait de devoir maintenir l’équilibre déconcentre et détourne du travail que l’on attend de cette posture.

 

D’autres aménagements de la posture Utthita Trikonasana :

- Plier le genou porteur, mais alors ce n’est plus vraiment Utthita.

- Mettre une épaisseur pour l’appui de la main porteuse. (Voir variante de la posture statique ci-avant)

 

Pour prendre la position de départ, l’écart des jambes doit être important tout en restant confortable.

On pivote en ouverture de 90° le pied côté où l’on va prendre la torsion. Les pieds restant bien à plat sur le sol, on inspire, on pivote tronc et bassin pour amener les épaules face à la jambe. Sur une suspension de souffle on fléchi le tronc vers la jambe comme dans une pince et c’est seulement dans cette position que l’on expire. Suspension de l’expiration, la main est placée soit au sol, soit sur un support à l’extérieur du pied. Pendant l’expiration, on prend conscience de son équilibre et poumons vides on porte le bras opposé à la verticale, puis on laisse venir l’inspir. Pendant la posture, on prend conscience de ses espaces respiratoires, on prend conscience aussi de l’espace narinaire balayé.  Allonger l’expiration par rapport à l’inspiration permet de tenir la posture plus longuement.

 1.      Quels sont les effets au niveau physique ?

Cette posture étire les muscles latéraux de la colonne vertébrale qui ne sont que rarement sollicités. Elle étire également les muscles intercostaux, mais aussi ceux de l’arrière des jambes. Les muscles des hanches sont particulièrement sollicités pendant la phase respiratoire, ce qui en fait un excellent exercice pour la femme après accouchement. 

 2.      Où et comment localiser l’attention ?

La tendance est de ramener légèrement le bassin, il faut donc veiller à maintenir l’ouverture de la cage thoracique et la verticalité du bras. On a souvent tendance à relever latéralement le pied non porteur qui doit impérativement rester à plat sur le sol. Le regard reste concentré sur la main levée.

 3.      Après un triangle, faut-il effectuer une  posture d'équilibration ? 

      arbre1.jpg

Cette posture étant rajasique, et se terminant en position debout, je reviendrais en Tadasana et travaillerais sur une respiration alternée, en allongeant petit à petit la longueur de l’inspiration.

 

La respiration dans la posture ayant favorisée à tour de rôle les 2 poumons, cette respiration ample va permettre de recentrer la respiration et favoriser l’équilibre mental.

 

 

 

 

Séquence posturale :

 

UTTHITA1a.jpg

 

4.Après la posture, y-a-t-il lieu de pratiquer une compensation ?

La colonne ayant été étirée latéralement et après Tadasana, je ferais un mouvement de passage en position assise, puis pratiquerais quelques rocking.       

 rocking1.jpg

  

Micha

15:58 Écrit par micha dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |