14/02/2007

YOGA - LES ANGLES

LES ANGLES  (Konasana)

Différent de la pince qui elle amène le corps en fermeture et en étirement, l’angle crée une ouverture et un étirement. Comme ces postures font travailler de longs muscles, il y a lieu de pratiquer de bons échauffements préalables, de préférence en position debout, avant d’entamer leurs pratiques.

 L’angle équilatéral assis 

70205B1

 

- L’assise doit être confortable, la colonne bien étirée, le menton rentré pour étirer les cervicales. Les membres sont allongés mais sans tensions et les mains posées sur les cuisses. Si lors de l’assise, la colonne n’est pas suffisamment redressées, placer une épaisseur sous les fessiers.

- Lors des inspirs-expirs, on continue à étirer la colonne, on profite des suspensions de souffle pour éliminer les tensions ayant tendance à s’installer.

- Les yeux fermés permettent une meilleure intériorisation de la rectitude de la colonne.

 

70205B2

- La phase dynamique consiste, lors des expirs, de laisser glisser les mains sur les jambes tendues pour arriver progressivement dans l’angle. Lors des expirs, on  rectifie le dos droit et le maintient de la tête dans le prolongement de la colonne.

- Une fois la position atteinte dans le respect de son corps, on allonge la respiration.

- Les yeux clos, on laisse venir le calme et la lumière intérieure.

 

On revient, lentement à la position de départ, on laisse la respiration se faire naturellement, on libère toutes les tensions qui auraient tendance à persister. On investigue mentalement sa colonne partant du coccyx jusqu’au haut des cervicales.

 L’angle en équilibre 

70205C1

- Les pieds sont amenés à plat sur le sol  avec le même écartement que la largeur du bassin. Le dos étant bien redressé, tester si vous pouvez prendre les pieds avec les mains. Si ce n’est pas possible en gardant le dos  droit, prendre une sangle à placer à la partie supérieure de la voûte plantaire. Les membres sont allongés mais sans tensions.

- Lors des inspirs-expirs, on continue à étirer la colonne, on profite des suspensions de souffle pour éliminer les tensions ayant tendance à s’installer.

- Les yeux clos, on laisse venir le calme et la lumière intérieure.

 

 

70205C2

- On ouvre les yeux, puis sans arrondir le dos, on porte le poids du corps vers l’arrière, libérant ainsi l’application des jambes, puis des cuisses sur le sol, pour arriver en équilibre sur les 3 points ischions-coccyx. 

- Une fois la position d’équilibre atteinte dans le respect de son corps, on allonge la respiration.

- C’est la pesanteur qui doit déterminer la traction bras-jambes. L’attention reste centrée sur l’allongement de la colonne et la libération des tensions éventuelles au niveau des cervicales.

 

On revient, lentement en position de départ, on libère toutes les tensions qui auraient tendance à persister. On investigue mentalement sa colonne partant du coccyx jusqu’au haut des cervicales. Content d’avoir retrouvé, une bonne assise, les yeux clos, on savoure les énergies qui circulent dans tout le corps

 

ANGLE COUCHE SUR LE DOS

  

70205A1

- Placer les pieds à plat sur le sol avec le même écartement que la largeur du bassin. La colonne étant bien posée sur toute sa longueur, mais en respectant la lordose naturelle des cervicales. Si les lombaires restent creusées, ajouter une épaisseur sous les fessiers.

- La respiration est lente, légèrement diaphragmatique, l’ensemble du corps est entièrement relâché.

- Les yeux clos permettent une détente complète et une prise de conscience de la colonne vertébrale bien étalée sur le sol.

 

 

70205A2

- On déplie les genoux pour amener les jambes à la verticale, et sans relever la tête, on saisi les pieds avec les mains. Si cela provoque un décollement soit de la colonne ou de la tête du sol, prendre une sangle entre les pieds et les mains.

- Les membres étant allongés mais sans tensions, on allonge l’inspiration ainsi que les temps de suspensions de la respiration.

- Les yeux sont clos, comme nous sommes dans une posture inversée, la pression artérielle est diminuée, nous allons observer notre rythme cardiaque.

 

 On revient lentement à la position de départ. On réaligne la colonne si nécessaire. On continue une respiration diaphragmatique lente. Le corps est comme dans un état d’apesanteur. Cette dernière position peut préparer à la plage d’harmonisation finale.

 

L’enchainement de ces trois postures est une excellente mise sous tension progressive et contrôlée de la colonne vertébrale. L’angle en équilibre, outre la relaxation des genoux ayant subis une tension dans le précédent, ajoute l’équilibre sur les ischions. Dans l’angle couché le mouvement de passage se fait sans dispersion pour arriver dans la posture. Cet angle permet un relâchement complet de la colonne et les membres bien que sous tension, profite de l’inversion de la pesanteur pour se relaxer.

 On s'allonge en relaxation sur le sol , les jambes légèrement repliées afin que toute la longueur de la colonne ait appui sur le sol et on ressent tout le bienfait de ces étirements. la respiration est lente et profonde; on amène l'air jusqu'en bas des poumons sans pour autant forcer le ventre à se gonfler. Bonne pratique.

     Micha 

15:17 Écrit par micha dans Bien être | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |