20/06/2008

Arthrite et arthrose

Se présentant sous une centaine de formes différentes, l’arthrite s’attaque aux articulations du corps humain. La plupart des formes d’arthrite, qui peuvent apparaître à n’importe quel âge, même chez les enfants, se caractérisent par la douleur qu’elles entraînent. Toutefois, l’arthrite se développe le plus souvent entre 40 et 60 ans.

 

L’arthrose en est la forme la plus courante. On peut définir l’arthrose comme l’usure du cartilage des articulations et une modification du liquide synovial. Lorsque le cartilage, qui sert d’amortisseur entre deux os, s’use ou se détruit, les os causent des douleurs, une perte de mobilité ou des déformations. Toutes les articulations du corps peuvent être touchées par l’arthrose, mais ce sont généralement celles qui supportent le poids du corps (hanches, genoux) et les petites articulations des doigts qui sont atteintes. L’incidence de la maladie s’accroît avec l’âge : 85 % des personnes de plus de 70 ans en souffrent.

Les autres formes d’arthrite sont de type inflammatoire. Ces affections se manifestent par l’inflammation de la membrane qui entoure le cartilage de l’os de l’articulation. Le liquide synovial est sécrété et s’accumule excessivement dans l’articulation. Les arthrites inflammatoires sont généralement chroniques et évolutives. Elles se rencontrent trois fois  plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes. Lupus, maladie de Lyme et goutte sont des arthrites. Les symptômes diffèrent de l’une à l’autre. Certaines formes sont associées à d’autres maladies, telles que le psoriasis et les maladies inflammatoires de l’intestin.

La polyarthrite rhumatoïde est la plus commune des arthrites de type inflammatoire.

Les principales manifestations de l’arthrite sont les suivantes :

Arthrose

-         douleur d’intensité variable localisée aux articulations ou autour de celles-ci 

-         sensation de raideur après une période d’inactivité, surtout le matin ; généralement de courte durée, quelques minutes à peine

-         difficulté à effectuer des tâches qui requièrent l’utilisation de la partie douloureuse, accentuation de la douleur en faisant une activité.

 

Polyarthrite rhumatoïde

-         signes d’inflammation d’intensité variable au niveau des articulations douloureuses (enflure, chaleur, rougeur)

-         raideurs après une période d’inactivité (généralement plus d’une heure)

-         douleur aux articulations lors des mouvements

-         se manifeste parfois lors de fièvre, perte de poids ou fatigue.

 

Des précautions peuvent diminuer ces phénomènes.

Pour les articulations portantes, il faut veiller à son poids et éviter les kilos superflus. Si vous souffrez d'arthrite, ne pas surcharger vos articulations, particulièrement hanches et genoux.

Être actif :

-         maintenir une bonne amplitude des mouvements

-         faire travailler muscles et articulations mais sans excès et en douceur

-         l'inactivité complète et l'entraînement de type sportif sont tous deux déconseillés

-         la pratique de sports intenses comme le ski et le tennis est déconseillée.

-         La natation et la promenade sont de bons exercices pour la plupart des personnes atteintes d'arthrite. L'eau apporte de grands avantages dans le traitement de l'arthrite. Essayez de trouver une activité aquatique (aquagym) qui vous plaise et que vous puissiez exercer de façon régulière. L'eau soulage de son poids les articulations qui peuvent être douloureuses.

-         Pratiquer du Yoga ou d’autres disciplines similaires. Faire des étirements. Les exercices d'assouplissement et d'étirement contribuent à diminuer la douleur et à prévenir les raideurs. Réservez quelques moments de votre journée pour vous livrer à quelques exercices. Étirez vos articulations touchées par l'arthrite, en prenant bien soin d'y aller en douceur.

-         Se faire masser ou se masser. Les massages permettent aux muscles de se détendre. Si vous souffrez d'arthrite, vos muscles sont particulièrement tendus puisque la tension musculaire augmente lorsqu'une douleur se manifeste. Ces massages doivent rester légers. Huile de massage : mettre 10 g de feuilles de romarin dans 250 ml d’huile d’olive à faire chauffer au bain marie pendant une heure, filtrer et laisser refroidir.

romar4
 

-         Reposer l'articulation. En cas de crise aiguë avec la polyarthrite rhumatoïde, éviter de bouger l'articulation, du moins, limiter son utilisation, afin de réduire l'inflammation.

-         Alterner froid et chaleur. Lorsque vous souffrez d'une douleur intense bien localisée, placez un sac de glace sur l'articulation douloureuse pendant une quinzaine de minutes. Ensuite, vous pouvez appliquer de la chaleur sur les muscles à l'aide d'une bouillotte ou en prenant un bain chaud. La pose de la paume de la main sur l’endroit critique diminue la douleur.

-         Contrôler son alimentation.

Eviter les produits allégés en graisse ; mieux vaut prendre un « petit gervais » que

250 gr de yoghourt allégé.

Les fruits favorables : ananas, poires, pommes, oranges, pamplemousses et raisins.

Les légumes favorables : artichaut, endives ou chicons,  chou, concombre, laitue, mâche ou salade de blé, radis roses et radis noir, carottes, poireaux. Ainsi que les assaisonnements : ciboulette, oignon et ail.

Eviter l’alcool et toutes boissons alcoolisées. Préférez des jus fruits allongés à l’eau.

Boire le plus souvent possible au cours de la journée par petites quantités.

-         Les bains. Ajouter à l’eau du bain de l’eau de romarin.

Préparation : deux poignées de feuilles (épines) de romarin à faire bouillir 10 minutes dans 3 litres d’eau. Filtrer et ajouter à l’eau du bain.

-          Les Tisanes. La mieux adaptée est la tisane de primevère. Malheureusement certaines personnes ne la supportent pas et font des allergies cutanées appelée « dermatite primulaire ». Cette allergie se traduit par des éruptions couleur rouge foncé et donne l’impression de coup de soleil. Si vous n’êtes pas allergique, une infusion de 10 minutes de 8g de fleurs/litre d’eau bouillante et par jour, en cure de 3 semaines maximum.

La reine des prés  est également très efficace. Egalement 8 g/litre d’eau et par jour. L’infusion de 10 minutes doit se faire dans une eau dont la température ne dépasse pas 80 °C, car au-dessus  de cette température certains produits actifs de la fleur sont détruits.

60716b



Micha

 

15:40 Écrit par micha dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

25/05/2008

Entretenir son Bassin

ARTICULATION du BASSIN, de la HANCHE et de la liaison COXO- FEMORALE 

Nous avons souvent tendance à croire que notre bassin est un monobloc !

La plupart des mouvements courants ont tendance à confirmer cette croyance. C’est donc en conscience que nous devons agir pour garder la souplesse des articulations du bassin en liaison avec les hanches et les fémurs.

La gymnastique, mais encore mieux le yoga permettent de compléter les mouvements de la vie quotidienne. Je vous propose quelques exercices simples à pratiquer souvent.

BASOS0

 Les os du bassin:

- La vue de face ou face antérieure fait penser à un papillon et permet de voir, en haut sous les vertèbres lombaires, l’ajustage précis du sacrum et des iliaques. En avant plan, la symphyse pubienne: articulation très rigide sauf au moment de l’accouchement chez la femme.

- La vue arrière ou face postérieure, très semblable à la vue antérieure:  on observe que le sacrum vient vraiment poser sur les iliaques. Le bas des iliaques forment les ischions, parties sur lesquels on s’assied. On remarque bien la tête fémorale et le col du fémur.

- La vue latérale permet de voir le creux lombaire de la colonne vertébrale qui ramène la partie supérieure du corps dans l’axe des fémurs. L’ensemble forme la ceinture pelvienne. On voit aussi, la cavité et la manière dont s’articule le fémur.

Le FÉMUR est l’os le plus long du corps (2/7 de la taille). Les trochanters, excroissances intérieure et extérieure, permettent l’insertion des muscles aux crêtes iliaques. La tête des fémurs et les condyles (cavités de logement), sont de véritables roulements à billes, qui permettent l’articulation complète dans les trois plans d’où la nécessité de la longueur du col.

 Mouvements que peut réaliser le Bassin

Ces mouvements sont la résultante de l’articulation de la hanche et de l’étagement des trois niveaux de muscles moteurs.

A savoir :

- à la partie supérieure, les abdominaux.

- à la partie médiane, les muscles du bassin lui-même.

- à la partie inférieure, les liaisons jambes bassin.

 

Les divers mouvements sont relatifs suivant que l’on fixe les iliaques, le fémur ou un des côtés:

- flexion / extension,

- abduction (ouverture latérale du fémur) / adduction (croisement des fémurs),

- élévation (mouvement en avant) / abaissement (mouvement en arrière),

- circumduction ou cercle complet, soit un ensemble de mouvements simultanés qui permet une parfaite mobilité qu’on retrouve aussi au niveau des épaules.

 

Tout ceci permet en particulier des « BASCULE DU BASSIN » :

-         La rétroversion, pousser le pubis en avant et diminuer le creux lombaire, dans ce cas on parle communément de « bascule du bassin ».

Je propose un exercice pratique de yoga qui va mettre l’ensemble du corps en bonne position et de plus qui est une posture très relaxante.

 Tãdãsana (Tãda = montagne  et  asana = posture) 
  

ARBRE1

 Cette posture est pratiquée les paupières closes, prise de conscience de son corps et de son environnement. L’écoute des battements de son cœur va favoriser lentement une maîtrise du mental.

Passage en revue de toutes les parties du corps :

Menton légèrement rentré vers la poitrine, les épaules basses.

Les bras sont détendus et les mains légèrement tournées vers l’avant.

Etirement de la colonne pour rectifier confortablement la courbure dorsale. Diminuer les creux lombaires et cervicaux.

Rétroversion du bassin, ce qui modifie l’alignement de la colonne vertébrale par rapport au bassin. Pour ce faire, serrer les fessiers et pousser le pubis légèrement vers l’avant.

Les genoux doivent être relâchés.

Les pieds sont parallèles, écartés de la largeur du bassin. Ils sont bien à plat sur le sol et les orteils participent à la prise d’un bon équilibre.

 On prend conscience des différents muscles et équilibrer muscles agonistes et antagonistes.

Nous entrons dans une phase d’équilibre et de calme, c’est le moment d’abandonner lentement la relation corps-mental au profit des ambiances, de s’observer dans la posture de prendre conscience d’un bien être certain.

Dans le silence, on reste en relation avec soi-même et les fréquences de son environnement tout en profitant d’une paix intérieure.

  

-         L’antéversion par rapport aux membres inférieurs vers l’avant: elle se produit en même temps qu’un déplacement des membres inférieurs dans la même direction, donc vers l’avant; c’est donc creuser les lombes.

 

ANTEVERS

Respirer lentement et en gonflant un maximum le bas du ventre. Maintenir pendant dix respirations.

  

-         La latéroversion ou bascule latérale s’accompagne d’un soulèvement du membre inférieur du côté opposé. Elle est surtout provoquée par la contraction des fessiers et du tenseur du fascia lata, situés à l’extérieur de la cuisse.

  

LATER1

Rester dans la posture une dizaine de respirations lentes et profondes en laissant se gonfler le bas du ventre. On perçoit ce mouvement de respiration par la main placée au niveau de la crête iliaque.

Puis inclinaison de l’autre côté. Revenir à la position de départ et ressentir l’effet du maintient dans cette posture.

 

Le prochain article traitera des muscles permettant les mouvements du bassin.

 

Micha

 

12:28 Écrit par micha dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

28/04/2008

La CELLULITE

A l'approche des vacances Cool 

La cellulite est un amas de lipides sous la peau.

Les amas en excès se retrouvent souvent autour des hanches, sur les fesses et les cuisses. Surprise

90 % des femmes sont touchées par cette "affection" disgracieuse qui intervient dès la puberté, contre 2% des hommes. Sur un sujet non obèse, le tissu adipeux est composé de 20 à 30 milliards d'adipocytes, ce nombre peut être multiplié par 10 et même plus quand l’obésité s’installe.

Les cures d’amaigrissement ne diminuent jamais le nombre des adipocytes créés. On en diminue le volume de stockage, mais au moindre écart, ces petites cellules se regorgent immédiatement.

Chez la femme, le tissu adipeux représente de 20 à 25 % de la masse totale tandis que chez l'homme, elle varie de 15 à 20 %.

La cellulite tire son nom de la forme en petites cellules (de quelques millimètres de côté) que prennent les amas graisseux quand ils sont nombreux. Cet ensemble de petites boules appelés capitons donnent un aspect  grumeleux à la peau et on parle alors de "peau d'orange".

Indépendamment des causes hormonales qui favorisent son apparition, la cellulite résulte à la fois d’un stockage de graisse dans les cellules graisseuses de l’hypoderme et d’une rétention d’eau tout autour, ces capitons sont nos réserves d'énergie. Ils stockent les lipides jusqu’à un volume cellulaire critique situé entre 70 et 120 μm. Le nombre d’adipocytes est normalement constitué à l’âge de 15 ans, mais au-delà des 20 milliards, ne pouvant plus stocker de graisses, nos fonctions cérébrales déclenchent la formation de nouvelles cellules de stockage. Plus les adipocytes grossissent, plus les enveloppes qui les contiennent se déforment et durcissent. Elles deviennent de véritables barrières empêchant toute élimination. Ce processus s’auto-entretient du fait du ralentissement de la circulation sanguine et lymphatique, entraînant une stagnation des déchets métaboliques.

Il y a trois types de cellulite :

- Aqueuse, par la rétention d'eau, se situant le plus souvent sur les mollets ou les chevilles,

- Adipeuse (graisseuse), à cause d'une alimentation trop riche, se situant au niveau de la culotte de cheval,

- Fibreuse, due à un durcissement du collagène, douloureuse au pincement, situées au niveau des genoux et des cuisses.

La propension à « faire de la cellulite » est liée à différents facteurs isolés ou combinés :

- génétique : certaines personnes en auront beaucoup en mangeant peu, d'autres peu en mangeant beaucoup ;

- hormonal : rétention d'eau liée à une hyper œstrogène apparaissant souvent à la ménopause ;

- vasculaire : insuffisance veineuse des membres inférieures ;

- mauvaise hygiène de vie : sédentarité (manque d'exercice), alimentation laissant à désirer.

 Comment se débarrasser de la cellulite ?

Pour éliminer les capitons seul la chirurgie est réellement opérante. Il est important de se faire conseiller par son médecin traitant avant d’envisager cette solution.

Différentes solutions permettent de cesser de fabriquer la cellulite :

- revoir son mode d'alimentation et éviter le grignotage ;

- augmenter son activité physique (natation, marche à pied, vélo) ;

- massage avec des pommades à base de caféine. Attention de ne pas cumuler avec la prise de quantité importante de thé ou de café.

- le yoga favorise, par des étirements, des respirations et le fonctionnement musculaire, un massage naturel. Ce sont essentiellement des exercices du bassin tant en flexion qu’en torsion.

- le yoga peut être complété par du massage « palper-rouler » manuel ou par des appareils électromécaniques. La technique est simple et consiste à pincer un pli de peau et à le faire rouler entre les doigts, toujours du bas vers le haut.

-boire beaucoup à la suite de ces massages aide à l'élimination des toxines et à l'évacuation des graisses délogées. Une tisane de reine des prés et de mauve est toute indiquée.

micha

 

17:54 Écrit par micha dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |