17/11/2007

La SALICAIRE Plante des voies digestives

La SALICAIRE est connue depuis l'antiquité comme la plante des voies digestives.

La salicaire commune ou Lythrum salicaria en latin, est aussi « l’herbe aux coliques » des anciens.

C’est une grande plante (de 1 à 2 mètres) vivace répandue partout en Europe. On la trouve dans les lieux humides et les terrains lourds des bords de l’eau. Elle se cultive facilement.

 salic1

Ses principales caractéristiques :

-         fleurs roses, mauves ou bleues, suivant le biotope, possèdent de 4 à 6 pétales en épi.

-         feuilles ovales lancéolées opposées et en quinconce.

-         Tige carrée, légèrement velue.

 

La salicaire est une médicinale précieuse de l’intestin et du pancréas :

-         Astringente

-         Tonique

-         Antispasmodique (sédative)

-         Cicatrisant de la muqueuse gastrique

-         Antihémorragique

En usage interne :En infusion et en sirop, la salicaire peut être administrée aux enfants et aux femmes enceintes, je n'ai trouvé aucune contre indication. Dans le livre "Secrets d'une herboriste"  Marie Antoinette Mulot recommande même la salicaire pour les nourrissons.
Il faut bien sûr adapter les quantités de liquide en fonction des quantités de liquides habituellement bues par la personne.

Pour les coliques et entérites :


- Infusion : 50/60 g de fleurs sèches pour 1 litre d’eau ou 100 g de plantes fraîches. Laisser infuser 6 à 7 minutes et prendre 3 tasses/jour.

- Sirop : tassez des sommités fleuries de salicaire dans le fond d’un pot, versez jusqu’à couvrir du sirop de sucre ou du miel liquide. Laisser macérer 1 nuit et filtrer.

- Vin : dans un pot de stérilisation d’1/2 litre, mettre une couche de sommités fleuries de salicaire, puis une couche de sucre de canne non raffiné. Recommencez cette opération tous les 3 jours jusqu’au niveau maximum du pot. Laissez macérer 1 mois à l’abri de la lumière. Filtrez et remettre les plantes dans le pot. Ajouter une même quantité de vin rouge au liquide obtenu. Tenir au frais. Versez le reste du vin sur les plantes et laisser encore macérer 48 heures, puis à nouveau filtrer. Ajouter au macérât déjà obtenu et mettre en bouteille.

Ce vin est pris en apéritif des repas.

Attention, ce vin ne convient absolument pas pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes en sevrage d’alcool. 

En usage externe pour les eczémas suintant et maladies de la peau avec exsudation.


- Suc frais : hacher la plante en menus morceaux et utiliser directement en compresses.

- Décoction : hacher la plante en petits morceaux, couvrir d’eau, porter à ébullition et laisser frémir couvert à petit feu durant 10 minutes. Utiliser en cataplasme avec de l’argile verte.

Micha

 SALICPL

11:02 Écrit par micha dans Bien être | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/10/2007

ORANGE - Les confitures d'Octobre

 ORANGE, les confitures d’Octobre.

 La réserve de confiture diminuant sérieusement ;0)) il est temps d’intervenir !!!En faisant les courses, j’ai vu des étales d’oranges de tous prix et de tous calibres. Je me suis laissé tenté par un lot d’orange à 2,99 € pour 1 kg ; l’étiquette m’annonce qu’elles sont bio et de plus qu’elles n’ont été ni piquées, ni pulvérisées :-_).

Voici ma recette :

 Je lave à l’eau bien bouillante quatre ou cinq pots à confiture d’1/3 de litre (récupéré des confitures « belle maman » ou « Élodie ») ainsi que leurs couvercles. Je commence par éplucher les oranges.


710oran1

La peau de l’orange se compose de deux parties, l’épicarpe qui est ferme et pigmentée de couleur orange et le mésocarpe qui est blanche et spongieuse que l’on va retirer tant du fruit que de la peau. Je retire du lot une orange dont la peau me semble désirable et malgré l’assurance qu’elle n’a pas été pulvérisée, je la lave. Je la pelle par quartier et récupère la peau.


710oran2

Je coupe la peau en lamelles, puis en petits cubes.


710oran3

Je place les oranges épluchées dans un plat pour éviter de perdre un jus précieux. J’ouvre le fruit en quartier et je retire également les ligaments blancs du centre de l’orange.


710oran4

Ensuite je découpe les quartiers en petits cubes.


710oran6

Et voila, après toutes ces opérations, il me reste 780 gr de chair et de jus de fruit.


710oran5

Maintenant je pèse la même quantité de sucre. J’utilise du sucre de canne non raffiné.


710oran7

Je pèse également 20 gr de pectine en poudre. On peut remplacer la pectine par le jus de deux citrons, j’ai déjà essayé, mais le résultat n’était pas très concluant, la confiture était restée trop liquide à mon goût.Tout est près pour la cuisson ! Choisir une très grande casserole.


710oran8

Je débute la cuisson et j’incorpore par saupoudrage la pectine aux fruits. Je laisse aller jusqu’à début d’ébullition, puis j’incorpore lentement le sucre en tournant avec une cuillère de bois ou d’ébonite (surtout pas de métal) de manière à contrôler l’ébullition. J’incorpore les petits cubes de peau et continue à mélanger en tournant la cuillère toujours dans le même sens.

Dès que la confiture « mousse », tout en continuant à tourner, je compte 60 secondes avant de couper la chauffe.Je verse dans les pots en essayant de répartir au mieux fruits et liquide. Je rempli jusqu’à 2 ou 3 mm du bord de manière à ne laisser qu’un très petit volume d’air à la surface du pot.

Je ferme immédiatement les couvercles.

Ne pas s’effrayer, quand environ une heure ou deux plus tard, les couvercles font un claquement ; c’est que le vide s’est produit au refroidissement.


710oran9

 L’opération m’a pris 1 h ½.  

Micha

 

17:32 Écrit par micha dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

02/10/2007

Une bonne herbe : l'ORTIE

Orties Urtica dioïca.

  ortie7101

 


Faut toujours avoir des orties chez soi    


Outre les propriétés insecticides et d'engrais qu’on peut fabriquer avec les orties, il y a des applications médicinales tout aussi intéressantes :


- L’ortie est un excellent dépuratif et antianémique, en plus comme il draine bien les reins, il est antirhumatismal et aussi antidiabétique.

- Elles sont extrêmement riches en vitamine C, E et K, en bêta-carotène et en minéraux, ainsi qu'en substances immunostimulantes (production de lymphocytes) et anti-inflammatoires.

Que ce soit au printemps, en été ou en automne, on peut cueillir (avec des gants de préférence) les sommités fleuries des orties. Quand on parle de sommités fleuries, c'est le moment où la plante est en fleurs et on cueille en général le dessus de la plante avec 4 ou 5 feuilles et on garde aussi la tige.

 

Comment faire un excellent bouillon :

    -      cueillir 10 sommités fleurie d'ortie.

    -      émincez 2 beaux oignons et faites les rosir dans 2 cuillères à soupe d'huile d'olive.

-         ajoutez 1 litre 1/2 d'eau, poivrez, mais ne  pas ajouter de sel, puis portez à ébullition.

-         Lavez à l’eau froide, réservez une dizaine de grandes feuilles, découpez le reste des sommités fleuries d'orties.

-         ajoutez, laissez mijoter à couvert 5 minutes.

-         Filtrez au chinois, puis ajoutez les feuilles et réchauffez encore 5 minutes servez chaud et ajoutez du persil plat haché.


Pour l'hiver, on sèche des orties et on les coupe en petits morceaux pour d’autres applications.

 La tisane d'orties séchées.

La plante a perdu une partie de ses vertus, mais reste efficace.

-         5 gr de feuilles séchées par litre d'eau.

-         chauffez 10 minutes,

-         filtrez et buvez très chaud.

 

Action de la tisane :

-         La principale caractéristique en tisane est l'élimination des toxines intestinales.

-         Sur le plan sanguin, elle agit comme régulateur de la tension artérielle.

-         Cette même tisane sert au rinçage des cheveux ; elle évite la chute des cheveux et soigne les dermatoses du cuir chevelu.

 

Le suc frais contenu dans la tige de la plante, peut être appliqué sur des blessures pour stopper les hémorragies.
Vous voyez, contrairement aux idées reçues, ce n'est pas une mauvaise herbe

  ortie7102

 

Micha

 

17:22 Écrit par micha dans Bien être | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |